Institution financière et faillite

J’ai rencontré un syndic de faillite dernièrement. On m’a suggéré la faillite malgré mes bonnes volontés a vouloir faire une proposition de consommateur. Je pense que malgré l’échec de mes dettes dans ma vie, la faillite s’avère être la meilleure solution dans mon cas.

Le syndic m’a conseillé de peut-être changer de compte de banque afin de ravoir du crédit un jour car ma banque n’oublierait jamais que j’ai fait faillite. J’hésite, car j’aime bien les services de mon institution financière actuelle.

Je me demande: si je paie ma faillite, que je suis libérée, que je m’ouvre un compte d’épargne, est-ce que je pourrais ravoir la confiance de mon institution financière actuelle pour qu’elle me prête à nouveau? Qu’est-ce qu’il y a de mieux a faire si je veux un jour refaire mon nom?

On parle aussi que la faillite peut causer des problèmes au niveau d’un emploi. J’aimerais que vous me disiez si la faillite touche le domaine de l’emploi et en quoi elle le touche.

J’ai aussi une carte de crédit conjointe. Je sais que si je fais faillite, on poursuivra mon conjoint pour avoir les paiements. J’ai une question relativement à cela: si je contacte la compagnie de la carte de crédit et que je demande d’enlever le nom de mon conjoint, il ne sera plus responsable de la carte?

Réponse :

La faillite ne vous empêche pas de conserver votre compte de banque, cependant si vous devez des sommes à cette même institution financière, il y a possibilité d’une compensation entre les montants se trouvant dans votre compte et les prêts dus, au moment de la faillite.

La faillite n’a habituellement aucun effet négatif sur l’emploi, sauf si vous êtes membre d’un ordre professionnel auquel cas il faut référer aux règles régissant cette profession, ou si votre emploi est relié au monde financier, auquel cas vous devrez en discuter avec votre employeur.

Quant à la possibilité de faire libérer votre conjoint de sa responsabilité sur la carte de crédit, je doute que vos démarches réussissent. De plus la libération pourrait ne valoir que pour le futur, non pour les dettes existantes.

Fabien Tremblay, LL.M., CIRP, syndic de faillite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retourner aux questions

Les questions et réponses de ce site sont 100% anonymes et tout détail permettant d’identifier un individu est retiré du texte. Nous reproduisons ici les questions puisque les réalités qu’elles décrivent pourront vous éclairer sur des problématiques bien précises qui viennent de situations vécues.

Les réponses sont données sur la base d’informations limitées et ne remplacent pas les conseils d’un syndic fournis lors d’une évaluation complète. Elles pourraient ne pas s’appliquer à votre situation même si celle-ci est semblable à celles décrites dans ces pages.